Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

Le Réseau publie un atlas des milieux humides de la MRC

13 janvier 2020

Le Réseau d’information sur les municipalités publie un atlas des milieux humides potentiels de la MRC de Rivière-du-Loup.

En décembre dernier, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques actualisait sa cartographie des milieux humides potentiels du Québec. Le Réseau a alors décidé d’extraire des données brutes une cartographie parlante et accessible pour tous les citoyens de la MRC de Rivière-du-Loup.

Selon cette cartographie, il y aurait environ 208 km² de milieux humides dans la MRC de Rivière-du-Loup, laquelle a une superficie terrestre totale de 1 284 km². Le Réseau a produit une carte pour chaque municipalité locale en prenant soin de distinguer les différents types de milieux humides, comme les marais et les tourbières.

Au même moment, la MRC adoptait son troisième projet de schéma d’aménagement et de développement sans y recenser les milieux humides. Le préfet de la MRC Michel Lagacé a souvent eu dans le passé des déclarations désinvoltes à l’endroit du devoir de la MRC de cartographier ces milieux naturels. Mais les choses pourraient changer puisque la MRC est forcée par la loi d’adopter un plan de protection spécifique aux milieux humides avant 2022 et de modifier son schéma d’aménagement en conséquence, explique le Réseau dans son atlas.

Enregistrement audioMRC de Rivière-du-Loup: pas le temps depuis 7 ans de cartographier les milieux humides [7m48s]
CIEL-FM, le 15 février 2019

En mai 2019, le « GIEC de la biodiversité », la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques, publiait un rapport d’évaluation mondiale dans lequel elle indiquait que 87 % des zones humides présentes au 18e siècle avaient été perdues en 2000, que les trois quarts de l'environnement terrestre et environ 66 % du milieu marin avaient été significativement modifiés par l’action humaine et que les zones urbaines avaient plus que doublé depuis 1992. « La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l'histoire humaine - et le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier », selon ce rapport.

« Nous sommes fiers de nos collaborateurs qui ont conçu cet outil pour les citoyens et pour les élus », a déclaré le porte-parole du Réseau Roger Plante.

Ressources