Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

«Manque de vision en urbanisme : au-delà de l’église de Saint-Épiphane»

24 novembre 2019

Le Réseau publie cette lettre ouverte du porte-parole du Réseau, Roger Plante.

Chacun sait que la sauvegarde du patrimoine bâti est très importante pour moi. Toute ma vie, j’ai contribué à préserver des immeubles remarquables. C’est pourquoi, avec un partenaire, nous avons entamé des démarches auprès de la municipalité de Saint-Épiphane pour connaître les possibilités de mise en valeur de l’église vouée à l’abandon. Nous voulions proposer un projet qui permettrait de préserver le paysage architectural du village.

Le projet a été pensé pour être rentable mais aussi pour garder un espace de culte. Il consistait à aménager une partie de l’intérieur de l’église comme un garage saisonnier pour les véhicules récréatifs. Cela était rendu possible par le fait qu’il s’agisse de la seule église de la MRC dont le plancher est en ciment.

Après avoir rencontré le maire, nous avons été surpris que, malgré que l’église était fermée depuis plusieurs années, aucune modification de zonage n’avait été faite pour permettre un usage non religieux du bâtiment. Il fallait demander une dérogation pour réaliser notre projet, ce qui impliquait des délais de plus d’un an auprès de la MRC et de la municipalité. Pourtant, on sait que plus longtemps une telle église demeure abandonnée, plus elle se détériore.

Autre surprise : même si le bâtiment nous avait été cédé pour un montant symbolique, une taxe de bienvenue de plus de 12 000 $ nous attendait.

Ces deux éléments nous ont poussés à abandonner nos démarches.

Cela démontre l’importance d’avoir un schéma d’aménagement et des règlements d’urbanisme à jour pour suivre l’évolution des milieux de vie. Le Réseau d’information sur les municipalités dénonce vigoureusement depuis des années que le schéma d’aménagement de la MRC date de 1987, et que cela entraîne la désuétude des règlements d’urbanisme et de zonage des municipalités locales.

Avec un tel cadre légal, cela fait que les municipalités et la MRC se prononcent projet par projet pour accorder des dérogations quasi-systématiquement. Il s’agit de mauvaises pratiques d’aménagement qui amènent un manque de vision et de l’ingérence politique.

Ce manque de vision s’illustre dans tellement de dossiers : l’achat d’un terrain en milieu humide pour Kanak, l’édifice Rosaire-Gendron qui héberge nos policiers et pompiers situé en zone à risque dûment cartographiée, l’agrandissement du chemin Rivière-Verte refusé par la CPTAQ, la subvention pour l’entrée Ouest refusée car à l’extérieur du périmètre urbain… Les exemples ne manquent pas dans toutes les municipalités de la MRC de Rivière-du-Loup.

Aujourd’hui, la municipalité de Saint-Épiphane affirme que personne n’est intéressé à récupérer son église. Je veux porter à l’attention de tous qu’il était possible et demeure possible de créer quelque chose de nouveau avec ce bel édifice.

Roger Plante
Saint-François-Xavier-de-Viger