Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

SÉMER: des gestes de rupture pour rétablir la confiance, plaide le Réseau

17 novembre 2019

Le Réseau d’information sur les municipalités estime qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire pour rétablir la confiance de la population envers la SÉMER.

Rappelons que le projet n’a pas fait l’objet de consultations du public. De plus, les médias ont été accusés de saboter le succès de la SÉMER et des menaces de poursuites ont même été proférées à l’endroit du Réseau qui posait des questions à la MRC. Pour la première fois la semaine dernière, le président de la SÉMER Michel Lagacé a admis une certaine responsabilité dans les problèmes de communication avec la population, autant en matière de sensibilisation que de transparence financière. Il a promis de faire mieux en entamant des tournées des municipalités.

Cependant, aucune responsabilité n’a été admise pour les échecs du projet lui-même. Pourtant, plus les responsables s’expliquent, plus de nouvelles questions apparaissent.

Par exemple, Michel Lagacé a continué de défendre l’expertise de son partenaire privé, choisi malgré qu’il était le seul soumissionnaire et qu’il n’avait jamais réalisé d’usine de biométhanisation.

De plus, en faisant le récit des événements, Michel Lagacé a indiqué que « Gaz Métro nous a convaincus d’aller vers le gaz naturel liquéfié » et que « l’entente qu’on avait développée avec eux était intéressante ». Puisque la SÉMER attendait déjà son certificat d’autorisation pour produire du gaz naturel comprimé, ce choix a fait perdre énormément de temps et d’investissements. De plus, cela changeait la donne pour le partenaire privé, choisi pour son expertise en gaz naturel comprimé.

Cependant, le pire restait à venir puisque, selon les mots de M. Lagacé, Gaz Métro « convoque » les dirigeants de la SÉMER à l’automne 2018 pour leur annoncer qu’elle n’était plus du tout intéressé à acheter du gaz naturel liquéfié. Malgré une entente en bonne et du forme entre la SÉMER et Gaz Métro, le conseil d’administration accepte de se rabattre sur l’idée de départ, le gaz naturel comprimé. De prime abord, la responsabilité de Gaz Métro semble accablante; il est difficile à croire que la SÉMER n’ait pas exercé de recours en dommages devant un tel comportement. La nouvelle entente d’achat du gaz comprimé est de nouveau qualifiée d’intéressante par M. Lagacé.

D’autres problèmes chroniques sont vécus du côté du volume de matières collectées. Pour produire du gaz liquéfié, la SÉMER devait fournir un flux constant de gaz. Mais la SÉMER ne s’est jamais rapproché de près ou de loin des projections de gisement de matières disponibles dans le milieu résidentiel de 17 000 tonnes dans les MRC participantes. Elle n’en récolte que 3100 tonnes.

Curieusement, malgré cette pénurie de matières reprochée aux citoyens et aux municipalités participantes, la collecte chez les industries, commerces et institutions (ICI) et dans le multi-logements est presque inexistante (à l’exception de Viandes DuBreton qui fournit à elle seule plus de matières que toute la collecte du bac brun). Or, dans la MRC de Rivière-du-Loup, près du tiers des habitants n'occupent pas une maison individuelle et 45 % des matières provient des ICI. On crache donc sur plus de 60 % de la matière disponible.

Enfin, M. Lagacé a révélé que des candidats potentiellement qualifiés à la direction de la SÉMER avaient été rejetés pour avoir demandé des salaires trop élevés. Personne ne pourra calculer si leur expertise aurait pu faire une différence et être rentable vu la situation actuelle.

Pour le Réseau, la SÉMER n’est pas la simple victime d’une série de malchances, comme tente de le décrire M. Lagacé. Ce qui a brisé la confiance envers la SÉMER, sont des années à cacher les problèmes, à refuser de répondre aux questions à la MRC et à la Ville et à cacher les finances de la SÉMER, y compris aux autres maires de la MRC. Comment la population peut-elle penser avoir des réponses quand des maires posent des questions et sont intimidés au lieu d’avoir des réponses? Le retour de la confiance nécessitera des gestes de rupture, notamment le remplacement de responsables qui doivent être imputables de l’ensemble des résultats mais aussi des agissements de la SÉMER.

Ressources

Enregistrement audioEntrevue longue avec le président de la SÉMER Michel Lagacé [70m29s]
CIEL-FM, le 11 novembre 2019

Mots-clés : SÉMER