Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

La nouvelle Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent, un instrument de Michel Lagacé?

30 mai 2019

Michel Lagacé s’est fait nommer président de la nouvelle Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent cette semaine. Le Réseau d’information sur les municipalités remarque que de nombreuses priorités de l’organisme semblent en réalité des priorités personnelles de M. Lagacé. Il craint que ce nouvel organisme ait été capturé par l’ambitieux préfet de la MRC de Rivière-du-Loup.

Priorité #1 : l’énergie éolienne

La Table priorise, comme par hasard, un des péchés mignons de M. Lagacé, l’énergie éolienne. Cela alors même que la Vérificatrice générale a dénoncé des surplus éoliens aberrants et un prix non compétitif avec le coût moyen de production d’Hydro-Québec, qui lui ont fait perdre 2,5 milliards de dollars entre 2009 et 2016 et qu’elle a rattrapés sur les comptes d’électricité. Cet argent a dû être versé à des MRC et leurs partenaires privés, parfois étrangers, qui ont construit des parcs éoliens alors que les réservoirs des grands barrages se remplissaient d’eau gratuite à exploiter. Ce dossier est un des meilleurs exemples de l’incapacité totale de M. Lagacé à mettre l’intérêt collectif avant son intérêt particulier comme préfet.

Enregistrement audioL'électricité des miniprojets éoliens achetée à prix d'or malgré les surplus [8m12s]
CIEL-FM, le 29 avril 2013

Priorité #2 : la gestion des déchets

La gestion des déchets est un des points faibles de la MRC de Rivière-du-Loup. La SÉMER est un éléphant blanc qui doit quémander des millions au gouvernement pour sa survie et a perdu près de 7 millions de dollars jusqu’à aujourd’hui. Elle s’entête à poursuivre une coûteuse collecte des bacs bruns qui semble carburer à vide, et refuse catégoriquement de publier ses états financiers.

Du côté du recyclage, ce n’est guère mieux puisqu’on a appris récemment que les coûts facturés par le centre de tri aux municipalités pourraient presque tripler en raison de la crise du recyclage. Pourtant, la MRC de Rivière-du-Loup demeure peu ambitieuse, alors que plusieurs villes et MRC du Québec s’engagent dans la collecte séparée du verre, l’interdiction des emballages plastiques à usage unique, les écocentres mobiles et d’autres solutions innovantes.

Enregistrement audioL'explosion anticipée des tarifs de recyclage mal accueillie par les municipalités de la MRC [1m4s]
CIEL-FM, le 23 avril 2019

De plus, malgré sa position de première MRC du KRTB, les écocentres de la MRC de Rivière-du-Loup ne sont ouverts que quelques mois par an. Dans le Témiscouata, ils sont ouverts toute l’année. Talonnée par le Réseau, la MRC a, après des années, consenti certains investissements pour améliorer les installations mais l’ouverture annuelle n’est pas encore à l’ordre du jour.

Enregistrement audioÉcocentre de Rivière-du-Loup: entrevue avec le porte-parole du Réseau Roger Plante [11m49s]
CIEL-FM, le 14 mars 2018

Priorité #3 : les « gouvernements de proximité » et l'environnement

M. Lagacé se fera un devoir de brandir le concept de gouvernement de proximité lorsque Québec tentera de remettre de l’ordre dans le fouillis municipal. En effet, le préfet est lui-même responsable de l’échec total de la MRC d’avoir un schéma d’aménagement à jour, ce qui constitue sa mission la plus importante. Même si la loi prévoit un nouveau schéma chaque 5 ans, de toute son histoire, la MRC a toujours conservé et rapiécé son vieux schéma de 1987 au détriment du développement durable, de la consultation publique et d’un urbanisme planifié intelligemment. D’ailleurs, malgré un décret de mars 2005 qui l’obligeait à le faire, jamais la MRC n’a cartographié ses milieux humides.

Enregistrement audioMRC de Rivière-du-Loup: pas le temps depuis 7 ans de cartographier les milieux humides [7m48s]
CIEL-FM, le 15 février 2019

On peut d’ailleurs se questionner sur la légitimité de M. Lagacé à défendre des « gouvernements de proximité ». En effet, il n’a jamais été élu ni conseiller ni maire dans toute sa longue carrière politique, puisqu’il n’avait jamais d’adversaire dans sa localité et continue d’être élu par ses pairs comme préfet. Pourtant, le Réseau a dévoilé récemment une liste impressionnante de 30 organes où le préfet siège ou qu’il préside, comme la SÉMER, l’école de musique Alain-Caron, le parc éolien Viger-Denonville, le Centre d'appels d'urgence de l'Est-du-Québec, le CLD de Rivière-du-Loup ou la Société du parc côtier Kiskotuk.

* * *

Toutes ces raisons font que la MRC de Rivière-du-Loup est l’artisan de son propre malheur et que la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent continuera à porter une vision médiocre de l’intérêt général, la vision de son président Michel Lagacé.