Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

Promesse d'une première goutte à prix d'or pour la SÉMER

6 août 2018

Le Réseau d’information sur les municipalités rejette les prévisions optimistes de la MRC de Rivière-du-Loup sur la production prochaine de biogaz à l’usine de la SÉMER.

Enregistrement audioSÉMER: Michel Lagacé annonce la première goutte le 21 août prochain [1m48s]
CIEL-FM, le 3 août 2018

Depuis sa mise en opération de l’usine en juin 2015 avec des mois de retard, aucune goutte n’a été produite. Pour le Réseau, cette annonce s’inscrit dans une liste tragi-comique de promesses similaires :

« La MRC n’a plus aucune crédibilité dans ses prédictions qui se répètent encore et encore », affirme le porte-parole du Réseau Roger Plante.

Le Réseau dévoilait en 2017 que la SÉMER ratait de loin ses cibles de collecte de matières. Depuis plusieurs années, différentes MRC voisines rejettent les propositions de la SÉMER de traiter ses matières organiques. Une mission a même été menée à Sept-Îles, sans annonce jusqu’à maintenant. La MRC a indiqué que les pourvoyeurs de matières devaient s’acquitter de la facture du transport.

« On prévoit être rentable après les deux premières années », déclarait en janvier 2015 Serge Forest. En mars 2018, alors qu’on attendait la goutte dans les semaines suivantes, la mairesse Sylvie Vignet admettait déjà que « normalement, dans les trois premières années, on aurait dû absorber le déficit et commencer à pouvoir faire du profit. Mais là, ça va se faire en 4 ou 5 ans. » Depuis, le déficit continue de se creuser et la date de rentabilité de s’éloigner.

Fin mai, le déficit de la SÉMER s’élevait à 3,3 millions de dollars.

En réalité, comme pour le contrat de rachat garanti d’Hydro-Québec pour les éoliennes, le projet de la SÉMER ne sera jamais rentable pour les contribuables une fois tous les deniers publics soupesés. C’est Serge Forest lui-même qui le concédait en 2015 : « C’est certain que si les gouvernements n’investissaient pas dans notre projet, ce ne serait pas un projet rentable. »

Le préfet n’est ultimement pas responsable de sa gestion devant les électeurs, puisqu’il n’a aucun adversaire à la mairie de Saint-Cyprien et est élu préfet par ses pairs.


Mots-clés : SÉMER