Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

Perte de Calko: des traces de négligence

27 juillet 2011
Le bâtiment a été construit en 1887.

Le Réseau d’information sur les municipalités était intervenu en janvier dernier afin de plaider pour la sauvegarde du bâtiment principal de l’usine Calko, dont la construction remonte à 1887. Il avait demandé à la Ville de Rivière-du-Loup et à la MRC de Rivière-du-Loup d’œuvrer à la protection de ce bâtiment patrimonial.

À la lumière de différentes informations recueillies, le Réseau estime qu’il y a eu une certaine négligence dans la protection de ce bâtiment, dont résulte l’incendie d’aujourd’hui. Il s’avère que des pompiers louperivois avaient confié en privé leur inquiétude au porte-parole du Réseau, Roger Plante, au sujet de la sécurité immédiate des lieux, il y a de cela plusieurs semaines. Le système de gicleurs avait été enlevé et le complexe n'était plus alimenté en eau. Les événements leur donnent raison, mais révèlent aussi que la ville possédait assez de renseignements pour éviter la perte de l’édifice centenaire et ainsi enrayer le risque d'atteinte à la sécurité publique qu'aurait constituée la propagation de l'incendie aux résidences voisines.

De plus, non seulement la ville a laissé traîner les travaux de restauration, mais ses dirigeants étaient sans nul doute bien au fait que des individus non autorisés fréquentaient l’endroit, souligne le porte-parole du Réseau, qui rappelle qu’aucune protection contre les incendies n’était installée dans le complexe pratiquement laissé à l’abandon. Ces dirigeants, à premier titre le maire, le conseil municipal et la direction générale, ont manqué à la responsabilité qui leur incombait à la suite de l'achat par la Ville pour un dollar du domaine Kogan, estime-t-il.

Le Réseau déplore fortement que la MRC ait omis d'inclure le domaine Kogan dans sa liste des « biens protégés par un statut légal ». Estimant que le préfet Michel Lagacé a manqué de leadership dans le dossier, le porte-parole du Réseau s'était également présenté lors d'une séance du conseil de Rivière-du-Loup afin de prévenir les élus du risque inhérant aux installations en plus de vanter leur valeur patrimoniale.

Le Réseau demande à la Ville de Rivière-du-Loup de dévoiler les modalités du contrat d'assurance qui couvrait le domaine Kogan. Fait intéressant, lorsque l'usine était en opération, un gardien était obligatoire en dehors des heures d'ouverture.


Mots-clés : Rivière-du-Loup