Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

Limitation des mandats et stérilité démocratique à Trois-Pistoles

15 novembre 2017

Le Réseau d’information sur les municipalités réagit aux propositions du maire de Trois-Pistoles Jean-Pierre Rioux. Après avoir remporté les dernières élections avec 96 % des voix, M. Rioux a déploré le manque de sérieux de ses adversaires et conséquemment, l’inutilité des coûts de l’élection. Il a donc proposé de rehausser les critères de candidature en augmentant le nombre minimum de signataires appuyant une candidature et en l’assujettissant à un dépôt remboursable en argent.

Pour le Réseau, le problème est ailleurs. Il y avait quelque chose de surréaliste à écouter le maire de Trois-Pistoles égrener en entrevue ses décennies passées au pouvoir : vingt ans comme conseiller, vingt ans comme maire… et se vanter d’accomplir le plus long mandat de l’histoire de Trois-Pistoles, et comment il serait difficile de le dépasser. Ensuite, de l’écouter décrire sa satisfaction candide d’être approché par des jeunes intéressés à prendre la relève après avoir appris que ce serait son dernier mandat, un peu comme on s’apprête à choisir son héritier à la tête de l’entreprise familiale. Ceci tout juste après s’être plaint du manque d’adversaires sérieux aux dernières élections.

M. Rioux aurait dû à ce moment relever sa propre contradiction et constater que c’est précisément l’absence de limitation de mandats électifs qui suffit à décourager toute relève indépendante. Le problème est l’enracinement d’un petit groupe de personnes au pouvoir, dont la stature grandie par les ans rend vaine, aux yeux de beaucoup, toute tentative d’alternance démocratique par la confrontation électorale. Ce n’est qu’à l’annonce du vide à remplir que les aspirants à la vie publique osent se manifester. « Rien ne pousse à l'ombre des grands arbres », dit la sentence. Les électeurs ne s’y sont pas trompés et seulement 42 % se sont déplacés voter.

Le Réseau remet en question l’idée que les mandats politiques puissent faire office de projets de carrière. Les élus doivent être des citoyens représentant leurs pairs et non des personnes transmettant un pouvoir dynastique aux héritiers et au moment jugés opportuns.