Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

Revue de l'année 2016

8 janvier 2017

Le Réseau est heureux de publier sa revue de l'année municipale 2016.

Rivière-du-Loup : la transparence entre par la grande porte

Après que le Réseau ait ramené à l’ordre le maire de Rivière-du-Loup qui entravait le droit de parole des conseillers lors des périodes de questions, le conseil municipal fonctionne davantage comme un organe de débat politique et les interactions et interpellations de conseillers sont désormais fréquentes. La couverture journalistique des séances s'est aussi grandement améliorée. Le niveau d’intérêt pour les citoyens en sort renforcé. Les électeurs louperivois pourront en 2017 aller aux urnes avec une opinion éclairée sur les agissements de chacun de leurs élus.

Le Réseau a continué de plaider pour l’abolition des séances plénières après qu’un conseiller ait admis que les décisions en séance publiques n’étaient devenues qu’une formalité. Il a maintenu la pression sur le maire afin qu’il collabore avec les médias locaux.

Saint-Arsène : une année de sans-gêne

À Saint-Arsène, la légitimité de la mairesse et de son équipe, déjà faible après les résultats des élections qui avaient montré les profondes divisions des citoyens, a continué de diminuer. En mars, le Réseau a dévoilé qu’un de ses conseillers avait été arrêté pour la troisième fois par la police pour conduite en état d’ébriété. Le Réseau a ensuite dévoilé qu’un ex-conseiller de la majorité avait bénéficié d’un traitement fiscal avantageux à titre de développeur de la rue des Cèdres. La municipalité a tenté de se justifier mais a multiplié les erreurs de droit, que le Réseau a ensuite vigoureusement corrigées. Un mois plus tard, le directeur général Daniel Lévesque démissionnait brusquement. Sa successeure a déjà jeté l’éponge après quelques mois.

Une semaine plus tard s’est ouvert le procès contre les Entreprises Lavoie-Dion. Malgré la forte mobilisation populaire, la mairesse a maintenu la ligne dure dans le dossier de la rue des Cèdres. En plus des frais de justice astronomiques, parions que les répercussions sociales négatives de la guerre judiciaire qu’elle a finalement remportée en Cour d’appel surpasseront pour les décennies à venir les bénéfices du développement résidentiel pour la collectivité.

En 2017, les citoyens absorberont une hausse de taxes de 8 ¢ par 100 $ d’évaluation.

Notre-Dame-du-Portage se réveille sous le pic de démolition

Après qu’un propriétaire de maison patrimoniale ait décidé d’ignorer l’interdiction municipale et de procéder à la démolition sans permis, le conseil et les citoyens ont découvert à quel point les prétendues protections qu’il avait adoptées étaient inutiles. Le Réseau a dévoilé que l’amende dérisoire de 1000 $ infligée au propriétaire aurait pu être de 190 000 $ si la municipalité avait utilisé les lois québécoises à sa disposition pour protéger le patrimoine bâti. En 2017, un nouveau règlement devrait être adopté pour qu’un tel incident ne se reproduise plus. Le Réseau entend suivre la situation de près.

Regroupements municipaux : timides pas en avant

Les MRC de Rivière-du-Loup et des Basques ont enfin officiellement envisagé la fusion. La démarche d’étude n’a pas abouti mais rien ne laisse penser que la situation s’améliorera dans les prochaines années et l’idée est désormais bien ancrée dans le paysage. À l’intérieur de la MRC de Rivière-du-Loup, les pressions financières pour les regroupement municipaux continuent et plusieurs maires évoquent l’idée plus ou moins ouvertement. En 2017, plusieurs municipalités devraient subir la fermeture de leur caisse populaire.

2017, une année électorale et de réformes légales

L’adoption attendue du projet de loi 122 sur l’autonomie des municipalités entraînera de nombreux changements dans la reddition de comptes. Le Réseau a fait un travail constant en faveur de la transparence en 2016 et continuera de le faire en veillant à ce que les nouvelles obligations soient respectées.

En novembre, les élections municipales se dérouleront au Québec. En 2013, seulement 45 % des postes d’élus municipaux dans la MRC de Rivière-du-Loup avaient été disputés. Le Réseau souhaite pour 2017 que plus de la majorité des élus ne soiet pas élus par acclamation, et que le préfet de la MRC soit finalement élu au suffrage universel.

Comme chaque année, le Réseau a compilé le taux d'absentéisme des maires aux séances de la MRC. En 2016, il a été en légère hausse, à 6,6 %. En date du 4 janvier 2016, le Réseau a aussi calculé que le délai entre une séance du conseil et la publication de son procès-verbal sur Internet par la municipalité est en moyenne de 54 jours, un délai demeuré stable depuis 2015. Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup et Saint-Paul-de-la-Croix sont les municipalités les plus en retard alors que leur dernier procès-verbal remonte à octobre.

Le Réseau souhaite une heureuse année 2017 aux citoyens et remercie ses collaborateurs, les journalistes et les élus et titulaires de charges publiques qui s'efforcent d'agir dans l'intérêt général et le respect des valeurs démocratiques.