Réseau d'information sur les municipalités — MRC de Rivière-du-Loup

Actualités

Une solution innovatrice pour revitaliser les Basques

22 décembre 2009

Après avoir investi de l'énergie à se bâtir tout en étant présent sur la scène municipale, le Réseau d'information sur les municipalités estime que le temps est venu pour lui de plonger dans la réflexion collective sur l'avenir des régions et des citoyens.

Récemment, la MRC des Basques a perdu beaucoup de poids démographique. Après avoir étudié cette situation, le Réseau est venu à la conclusion qu'un partage devrait être mis en place entre la MRC de Rivière-du-Loup et celle des Basques, de façon semblable à l'entente de partage de services entre L'Isle-Verte et Trois-Pistoles et à celles entre Saint-Cyprien et d'autres municipalités des Basques.

En observant la carte de la MRC de Rivière-du-Loup, il est aisé de remarquer que la municipalité de Saint-Cyprien est presque complètement détachée de la MRC. De cette situation géographique résulte un attachement avec la MRC des Basques davantage qu'à celle de Rivière-du-Loup.

Nous voyons la situation d'un côté potentiellement positif et tout à fait réaliste du point de vue des deux MRC : Saint-Cyprien, Saint-Paul-de-la-Croix et L'Isle-Verte totalisent 3 287 habitants. À l'heure actuelle, la MRC de Rivière-du-Loup a une population de 33 947 habitants, qui équivaut à 3,6 fois celle la MRC des Basques (de 9 464 habitants). Le Réseau d'information sur les municipalités propose donc, pour revitaliser la MRC des Basques et équilibrer sa population par rapport aux autres MRC, d'y transférer ces trois municipalités. Cela donnerait assurément un nouveau souffle à une région affaiblie, privée de son capital humain.

Sur le plan provincial, cela va dans le sens des aspirations du député Jean D'Amour, qui, conscient de la situation, a il y a quelques mois ouvert un bureau à Trois-Pistoles. Durant la campagne électorale, il a aussi popularisé le nom de « Rivière-du-Loup/Les Basques » et a déclaré une fois élu « regarder les gens des Basques particulièrement dans les yeux » à propos de ses engagements. M. D'Amour n'a d'autre choix que d'appuyer le Réseau pour équilibrer la situation intenable de la MRC des Basques.

Avant d'entreprendre des projets communs de grande envergure comme le barrage de la rivière Trois-Pistoles, la construction d'éoliennes et la méthanisation, le Réseau estime que ces deux MRC, après plusieurs décennies d'existence, devraient faire le point sur leur situation respective et ouvrir par l'occasion leurs lettres patentes. Cela serait une opportunité pour rééquilibrer le poids des votes des municipalités dans le conseil de leur MRC. Le Réseau croit que ce projet de société s'est fait attendre trop longtemps et aurait dû provenir des autorités des MRC concernées.

C'est pourquoi nous pressons les MRC de Rivière-du-Loup et des Basques d'entreprendre des démarches auprès du ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire ainsi que du Gouvernement du Québec afin d'ouvrir leurs lettres patentes le plus tôt possible. Nous demandons aussi à M. D'Amour d'assister les MRC dans cette démarche qui visera à transférer les trois municipalités. Finalement, nous demandons aux municipalités des deux MRC de voter des résolutions de consentement au transfert de L'Isle-Verte, Saint-Paul-de-la-Croix et Saint-Cyprien vers la MRC des Basques.

Sur un autre registre, la situation qui découlerait de l'application de cette mesure obligerait la MRC à réélire un préfet, car c'est le maire de Saint-Cyprien qui est titulaire du poste actuellement. Cela serait une occasion de choisir le suffrage universel pour l'élection du préfet, ce que revendique le Réseau.

La carte de Rivière-du-Loup/Les Basques


Mots-clés : Viabilité régionale